Home Blog Page 22

Qu’est-ce que le cloud computing ? 2011 : L’an 1 du Cloud

Le Cloud Computing est le buzzword absolu ces derniers temps. Que ce soit dans l’entreprise, dans la publicité ou sur des milliers de blogs et autres sites médias. Mais, souvent, cette nouvelle forme d’informatique reste absconse pour la majorité. Dans un article écrit pour Décideurs Magazine à l’occasion du salon in the Cloud (mars 2011), j’ai tenté de clarifier les principales notions attachées à ce concept.

Pour le reste, à vous de me dire si c’est plus clair 🙂

Vous pouvez aussi télécharger l’article Cloud_Computing Fabrice Frossard
ou vous tenir au courant de l’actu du Cloud sur Scoop-IT

Rencontres des responsables de la communication interne 2011 – Le programme définitif

La communication interne face à l’explosion numérique sera au coeur des débats pour la 10ème édition de cet évènement. Un beau programme cette année (je dis ça, je ne dis rien) avec une attention particulière portée à l’articulation entre les réseaux sociaux d’entreprises et la communication. Le responsable de la communication interne est-t-il le community manager interne ? Ce pourrait être la tentation à laquelle succomber, mais ce rôle serait des plus restrictifs pour cette fonction pivot de l’entreprise, trop souvent sous estimée et pourtant garante de la cohésion en interne. Pour en parler et faire un état des lieux, de nombreuses entreprises viendront témoigner sur les thèmes essentiels et coeur de métier : gestion du changement, communication managériale, réseaux sociaux d’entreprises, web-tv, etc. Découvrez les dans ce programme.

Update :

Thierry Wellhoff, Président du Syntec RT et de l’Agence Wellcom assurera la présentation d’ouverture sur le thème :

Pourquoi les entreprises ont-elles besoin de valeurs ?

Parmi les points abordés :

– Les valeurs ? Quelles valeurs ?
– Régulièrement invoquées dans les entreprises, celles-ci relèvent néanmoins bien des ambiguïtés.
Valeurs morales ? Valeur institutionnelles ? Valeurs marketing ?
– Quelles sont les valeurs les plus souvent retenues ? Et qu’est-ce au juste qu’une valeur ?
– A quoi servent-elles ? Comment les utiliser ? Comment évaluer leur intérêt ?

Depuis le temps qu’on parle de valeurs d’entreprise, il devenait urgent que des professionnels en dressent une liste réfléchie et commentée », souligne le philosophe français et membre du Comité consultatif national d’éthique, André Comte-Sponville dans la préface de « L’entreprise en 80 valeurs »Le premier Dictionnaire des valeurs d’entreprise co-écrit par Jean-François CLAUDE & Thierry WELLHOFF qui vient de paraître aux – Editions Liaisons. C’est autour de ces valeurs que Thierry Welhoff nous fera le plaisir d’intervenir lors de ces rencontres des responsables de la communication interne, un sujet plus que jamais d’actualité.

Thierry Welhoff, président du Syntec RP et de l’agence Wellcom,(qu’il a créé) a réuni dès 2002 un groupe d’experts (parmi lesquels Jean-François Claude) pour conduire une réflexion approfondie sur la nature des valeurs en entreprise visant à associer la dimension éthique et identitaire des valeurs. Il a également lancé depuis 2003 l’Index des valeurs corporate®, étude qui fait aujourd’hui référence, en France comme à l’international. Thierry Wellhoff a publié « 15 ans de signatures publicitaires » (Editions Dunos 1991), ainsi que « Les Valeurs : donner du sens, guider la communication, construire la réputation » (Edition Eyrolles 2009).

Communiquer, finalement c’est simple

Beaucoup est écrit sur la communication online (ou offline). Mais, la base est très simple pourvue que les règles soient respectées. Bien avant l’aspect opérationnel, il faut en passer par quelques phases que j’ai tenté de synthétiser dans cette courte présentation.

Twitter : des utilisateurs cultivés, aisés et prescripteurs.

Une étude sur les chiffres de Twitter réalisée par Hubspot confirme ce que l’on peut constater de manière totalement empirique. En moyenne, les 75 millions d’utilisateurs de Twittter se recrutent plutôt dans les classes moyennes et élevées. Ils sont plus éduqués que la population moyenne et possèdent un niveau de vie supérieur.

D’un point de vue marketing, nombre d’entre eux utilisent aussi ce média pour obtenir des recommandations en vue d’un achat et pour 67% d’entre eux sont prêts à acheter le produit d’une marque qu’ils suivent.

En synthèse, Twitter est un lieu idéal pour générer des leads qualifiés et de qualité.

Google Toolbar 7 : pour donner à IE des allures de Chrome

0
Les utilisateurs d’Internet Explorer peuvent retrouver le meilleur de Chrome en installant la dernière barre d’outils de Google, disponible uniquement en anglais.

Copyright © 2011. All rights reserved. Copyright 1999 – 2009 Groupe Tests – 01net.

Article disclosed by MashupXFeed®

Réseau Social et B2B…on fait comment ?

Voilà une bonne question qui m’a été posée trois fois aujourd’hui. Une étonnante coïncidence ? J’ai déjà consacré plusieurs billets à cette question, mais je vais tenter un CEO pitch. Et ce sera sans doute le billet le plus court ici publié.

1) En B2B, la plupart du temps vous connaissez déjà vos clients et vos « zones de chalandise ».

2) Les réseaux sociaux sont un support pour maintenir une interaction avec vos clients et tenter de viraliser votre information auprès de prospects potentiels.

3) Pour accroître votre zone de chalandise, vos premiers influenceurs/prescripteurs sont vos clients.

4) Les réseaux sociaux sont un vecteur complémentaire à vos actions commerciales classiques (online et offline) et surtout à vos évènements « dans la vraie vie ».

5) Rien ne remplace le contact direct « dans la vraie vie » et vos évènements associés.

Une fois cela dit, il ne faut surtout pas négliger les réseaux sociaux. Ils sont d’incomparables vecteurs pour diffuser votre information et recueillir les réactions de vos clients/prospects, bref maintenir/créer une conversation.

Chaque item mérite plusieurs pages. Mais c’est un CEO pitch.

Je reste ouvert à la conversation 🙂

Retrouvez tous les article sur le B2B

Le cercle d’or : le secret des grandes entreprises et du bon marketing

le cercle d'or - le secret des entrepreneurs

Dans cette superbe présentation réalisée dans le cadre de TED, Simon Sinek explique le secret du storytelling des grandes entreprises. Comment vendre ? « Les gens n’achètent pas ce que vous faites, ils achètent une conviction partagée et sur une conviction. » La décision d’achat serait réalisée par le cerveau limbique, cette partie du cortex responsable des décisions et qui, surtout, ne tient pas compte du langage.

http://video.ted.com/assets/player/swf/EmbedPlayer.swf

Médias sociaux : le top des 25 meilleures pratiques selon Brian Solis

25 règles pour aller sur les réseaux et médias sociauxBrian Solis est considéré comme l’un des gourous des relations publiques aux Etats-Unis. Auteur d’un livre sur l’engagement, il se positionne comme l’un des experts sur les pratiques liées à la présence d’une marque sur internet. Une pratique qu’il exerce au sein du cabinet Altimeter Research Group. Dans un récent billet, sur les règles de l’engagement sur les médias sociaux, il fait le point sur les meilleures pratiques destinées aux porte-paroles de la marque sur Internet, et plus spécifiquement sur les médias sociaux. Un billet inspiré par un chiffre assez évocateur issu d’une étude réalisée par Manpower: “en 2010, 75% des employés déclarent ne pas avoir de charte ou de règles formelles pour aller sur les medias et réseaux sociaux”
A contrario, ceux qui ont une charte remarquent qu’ils sont plus productifs et évitent des erreurs sur ces médias.

Pour aider les community-manager et autres personnes à aller sur ces réseaux, Brian Solis nous livre 25 conseils en forme de viatique pour prendre la route de « l’engagement » sur les réseaux sociaux. Un code de conduite.

1. Définissez une voix et une personne représentative de la marque, de sa mission et de ses caractéristiques.
2. Les clients veulent interagir avec des personnes : soyez personnels, consistant et efficace.
3. Gardez un ton conversationnel lorsqu’il s’agit de dépeindre et renforcer la personnalité et la valeur de la marque que vous représentez.
4. Ajoutez de la valeur à chaque engagement. — contribuez à l’envergure et à l’image de la marque
5. Respectez ceux auprès de qui vous vous engagez
6. Respectez l’image, les copyrights et pratiques, ainsi que l’usage des contenus.
7. Protégez la confidentialité et la propriété intellectuelle de l’entreprise.
8. Un compte d’entreprise ne sert pas à partager votre point de vue personnel, à moins qu’il ne renforce la valeur de la marque et soit en phase avec la charte de l’entreprise.
9. Soyez certes transparent et sincère, mais aussi prescripteur de vraies proposition de valeur et de solution.
10. Représentez celui que vous devez représenter, et ne franchissez pas les limites
11. Connaissez et évoluez dans les limites définies, ce qui vous protège vous, votre entreprise, ainsi que les personnes avec qui vous espérez-vous connecter.
12. Sachez-vous mettre en retrait. Ne vous engagez pas dans des conversations sans issues.
13. Restez sur le message, sur le sujet et la route en phase avec l’impact de votre rôle dans le business auquel vous contribuez.
14. Ne crachez pas sur les compétiteurs, mettez en évidence les points de différenciation et les valeurs.
15. Excusez-vous quand ce doit être le cas en fonction du code de conduite. Demandez à votre management ou au service juridique quand une action n’est pas définie.
16. Soyez responsables de vos actions
17. Sachez à qui vous parlez et ce qu’ils recherchent
18. Affichez la teneur de vos relation, ce que vous représentez, qui vous représentez et vos intentions.
19. recherchez la personne la plus qualifiée pour traiter un problème ou trouver une réponse qualifiée.
20. Censurez-vous. Tout n’est pas bon à partager
21. Engagez les personnes et porte-paroles qualifies pour offrir des solutions.
22. Demandez l’autorisation des clients et partenaires avant de mettre en avant des témoignages clients.
23. Prenez le temps d’évaluer le contexte et la situation avant de répondre.
24. Tout ce que vous publiez pourra se retourner contre vous. Internet a de la mémoire.
25. En cas de doute, cherchez une réponse.

D’autres points ?

Article source ici

Lean writing : n’hésitez pas à améliorer la traduction 🙂

Guy Kawasaki : l’Art de l’enchantement en live

Après une première passe sur Guy Kawasaki, je ne pouvais faire moins que de vous livrer sa prestation à l’ESCP filmée par Webcastory. Une présentation qui confirme, vous le verrez, la rigueur professionnelle du monsieur. Ce show, il l’a répété des centaines de fois pour confiner à la perfection. On apprécie ou non, mais force est de reconnaître le professionnalisme de Guy. D’autant plus qu’il arrivait tout droit de Londres où il était arrivé la veille des Etats-Unis. Belle prestation malgré le jetlag. En revanche l’interview qui a suivi a été largement plus laborieuse, les signes de fatigue étant plus palpable une fois l’adrénaline de la scène retombée.

Commencez vers la 20ème minute.

<a href="http://www.webcastory.com/v/xf3I1Y832X4vOn/techtoc.tv
Aller voir le site« >

Votre avis ?

A relire : Guy Kawasaki : la psychologie sociale appliquée au marketing 2.0

Enchantement de Guy kawasaki : la psychologie sociale 2.0

L'art de l'enchantement ou la psychologie sociale appliquée au 2.0L’Art de l’enchantement. Beau titre non ? C’est celui du 11ème livre de Guy Kawasaki, serial entrepreneur et considéré comme un modèle par bon nombre d’apprentis créateur d’entreprise. A son crédit, cet ancien évangéliste chez Apple a un parcours jalonné de réussites dont le dernier en date, l’agrégateur AllTop. J’ai eu le plaisir de le rencontrer lors de sa tournée en France pour la promotion de son dernier livre. Livre qui m’a laissé songeur, tout comme le personnage, pour deux raisons.

La première tient sans doute à cette culture très américaine de l’optimisme à tout crin. Championne du monde du pessimisme et de la morosité, la population française a du mal à partager cet enthousiasme communicatif et cette apparente simplicité qui jalonne le parcours de la vie. Je suis très français. Comme nombre de mes compatriotes, devant un américain très positif, enthousiaste et riche, ma réaction est toujours très ambivalente. D’un côté, « pourquoi pas ? ce serait génial si ça marchait vraiment », de l’autre, « oui, mais la vie sociale est un tout petit peu plus compliquée que ça. » Gommer la complexité exige pour le coup un effort réel.

La seconde, corrélative : tout est simple. Pour preuve, en dix points, Guy Kawasaki vous explique comment faire le nouvel Apple, ou tout du moins réussir à convaincre qui vous voulez que ce que vous proposez est indispensable, à commencer par vous même. Dix points développés dans les 213 pages de son livre et dans la quarantaine de slides de sa présentation :

Achieve likability ou comment se faire aimer

“No one has ever enchanted someone who wasn’t likable.”

Dans cette partie GK explique comment réaliser un vrai sourire, serrer une main et s’habiller en fonction de l’interlocuteur.

Be trustworthy : comment créer de la confiance

Sur ce point, GK s’inspire profondément de la glose de Robert Cialdini, un psychlogue behavioriste connu pour son livre sur l’influence. Mais en substance, tout est ici fondée sur la confiance et la réciprocité. GK aime à citer le site de ventes en ligne zappos qui reprend les chaussures sans poser de question si elles ne conviennent pas à l’acheteur.

Get ready : comment se preparer

Je vous livre sa methode « dicee » en anglais :

• Great products are deep : les produits ont beaucoup de fonctions.
• Great products are intelligent – les fonctions sont utiles
• Great products are complete : ils fournissent une “expérience utilisateur” complète
• Great products are elegant – l’interface est simple et ils sont faciles à utiliser
• Great products are empowering – ils permettent d’être plus productif

Launch : comment réussir un lancement

Tell a story

Overcome resistance : comment vaincre les résistances

Plus le produit est innovant plus il faut surmonter de résistances

• provide social proof : le fil blanc de l’ipod a vite créé un sentiment d’appartenance : vous avez un iPod
• find a bright spot : trouvez la bonne niche
• enchant all the influencers – influencez les influenceurs

Endure : comment faire perdurer l’enchantement

Evolve – innovez et suivez vos intuitions.
Invoke reciprocation. : “je sais que vous auriez fait de même pour moi »…
Build an ecosystem. Le meilleur exemple est celui de Gk qui crée des blogs, distribute son livre à qui veut, fait le tour du monde pour realizer la même présentation encore et encore, alimente les réseaux sociaux etc.

Present : comment faire une présentation powerpoint qui tue

Suivez la règle des 10/20/30 : 10 slides, 20 minutes et 30 points pour la police utilisée
Personnalisez votre introduction en fonction de l’audience
Vendez vos rêves.

Use technology : comment utiliser les technologies push/pull

Pour Gk, aujourd’hui la techno est gratuite et permet de lancer une boîte pour rien. N’allez pas voir des fonds, utilisez le cloud et tous les services possibles pour créer un prototype.
Pour la promotion, entre les réseaux et médias sociaux, ce n’est que du bonheur.

Enchant up comment enchanter vos employés

maîtrise : faites les monter en compétence
Donnez-leur de l’autonomie
Ne demandez jamais à quelqu’un ce que vous ne voudriez pas faire vous-même.

eEchant down : comment enchanter votre patron

Dès qu’il vous demande quelque chose, lâchez tout pour faire ce qu’il vous demande…

______________________________________________________________

Bon, je vous l’avais dit, tout ceci est assez simple, et encore plus quand vous voyez Guy Kawasaki en présentation. Comme il me l’a confié, son art de la présentation repose, outre sur les règles ci-dessus, sur plus d’une centaines de répétitions. Que vous le voyiez à Palo Alto, Londres, Paris ou Barcelone, sa présentation sera identique en tout point et sera quasiment une récitation de son livre. Les recettes de Kawasaki sont assez simples, mais pour arriver à cette simplicité, Guy a largement potassé les auteurs classiques de la psychologie sociale : Cialdini ou encore Dale Carnegie, père de la pensée positive et bien d’autres encore. Je lui ai d’ailleurs conseillé de lire les travaux de Robert-Vincent-Joule et Léon Beauvois tant toutes les techniques recensées par GK s’inspirent directement des techniques de manipulation, pardon d’enchantement recensées par ces deux chercheurs en psychologie sociale. D’ailleurs le dernier chapitre de l’Art de l’enchantement est assez clair : “comment résister à l’enchantement”. Autrement dit, comment ne pas se faire manipuler, influencer ou persuader. C’est bien la force de GK, d’appeler enchantement toutes ces techniques utilisées de façon mécanique pour réaliser la promotion d’un livre, d’un produit, d’un service ou de soi même. Créer de la magie revient à s’inspirer du mentalist et de lie to me dans l’esprit. Après tout le sous titre du livre est bien “comment influencer les coeurs, esprits et les actes”…On en saurait être plus clair.

Faut-il pour autant jeter le bébé avec l’eau du bain et refuser d’utiliser les conseils de GK ? Non bien sûr. Mais derrière cette apparente simplicité et bonhommie, il faut bien avoir à l’esprit que c’est un énorme travail. GK travaille des heures et des heures et ce depuis plusieurs années. De plus, les recettes qui fonctionnent aux Etats-Unis ne sont pas forcément adaptées dans un univers plus latin. Par exemple, la loi de la réciprocité, essayez juste pour rire…Ce livre est fondée sur la science de l’interaction. Celle-ci est forcément culturelle comme l’admet GK. Une transposition inadaptée vous exposera à des déconvenues. In fine, les interactions sont toujours une forme de transaction sociale, GK aurait pu rajouter un chapitre sur l’art de la négociation pour être exhaustif…

A noter l’excellente traduction du livre par Marylène Delbourg-Delphis.

Quelques recettes de psychologie sociale appliquée

la page de Guy kawasaki

L’art de l’enchantement aux éditions Diateino